AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Chers Membres !


Ne vous affolez pas en lisant la suite du message,
on ne vous lâche pas du tout =).
Voilà après mure réflexion nous avons décidé de mettre le forum en stand by,
 le temps de lui refaire une peau neuve et
 de gérer quelques petites choses personnelles.

Ce n'est pas un adieu au contraire, on va revenir encore plus fort
 et plus beau qu'avant et avec plein de surprises pour vous les loulous.

Dés qu'on relance le fofo, vous serez immédiatement au courant afin que vous puissiez revenir vous amusez avec nous
mais aussi subir la colère de notre très cher Hunter.


A très bientôt pour de nouvelles aventures parmi nous.

Votre dévoué Staff


Partagez|

♕ VITALIE A. Orlove. Je te vole, je te nique et je me casse, sinon je m'aime.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
▌Pretty Face : cofonda
▌Message : 229

My Destiny
▌Mes amis & Moi:
▌Ne pas oublier:
MessageSujet: ♕ VITALIE A. Orlove. Je te vole, je te nique et je me casse, sinon je m'aime. Mar 25 Oct - 13:08




Vitalie Aerith. Orlove
Tumblr ® ft.Amber Heard

Je m'appelle Vitalie A. Orlove mais certaines personnes me surnomment Vivi, Vita ou blondy . Je suis née à Moscou le 19 février 1989, ce qui fait que j'ai aujourd'hui 22 ans. Je suis à Los Angeles depuis 6 mois et je dois avouer que je trouve la ville plutôt Superbe voir magnifique. Depuis un petit moment maintenant, j'ai découvert que j'étais hétérosexuelle et c'est comme ça. J'aime beaucoup Rire & Créer des vêtements, mon frère par contre je déteste Moscou, les hypocrites, mes parents adoptifs. Une chose que vous ne savez pas encore c'est que je fais partie des Pride car c'est comme ça.
« Caractère »
Hum...mon caractère. Je suis une fille très franche, cassante par moment, voir même souvent, surtout avec les hommes, mais je pense que c'est surtout ma vulgarité et ma façon de chauffer les hommes qui portent souvent des jugements attifes. En réalité, je suis malicieuse, maligne et sournoise, je suis aux états-unis depuis un petit moment et ce ne serait pas me vanter, que de dire que je suis une jeune femme qui retombe souvent sur ses pattes. Je ne choisis que rarement la facilité, à vrai dire, on m'a souvent proposé de travailler dans des boites louches ou de faire le trottoir, mais je préfère jouer de mes charmes jusqu'à une certaine limite. J'allume et je vole, lorsqu'on me regarde dans les yeux, on voit cette pointe de malice et ce petit sourire en coin qui veut dire, je suis la meilleure. Je suis quelqu'un de particulièrement fière, je n'ai jamais voulu de l'aide des autres, pourtant j'ai rencontré beaucoup de gens pendant mes voyages, mais je me suis toujours refusée d'être un boulet ou un cas social. Ma fierté est tellement grande, parfois c'est un handicape, mais je préfère cracher dans la main d'un gars qui a pitié de moi, plutôt que d'être aux bottes d'un type. Je suis quelque peu égoïste, lorsque je ne connais pas la personne en face de moi, je le sais et je l'assume, j'ai tendance à ne pas chercher à connaître les autres et honnêtement, les hommes ne m'intéressent pas, mis à part mon grand-frère, je ne porte pas attention aux autres. Certes, je n'ai pas qu'un caractère de merde, bien au contraire, lorsque j'aime, j'aime à fond ! Et à fond, le mot est bien petit...il suffit de savoir que j'ai fugué le pays pour retrouver mon frère, dans un pays où je ne connaissais rien, pas même la langue pour comprendre que je suis capable de beaucoup de choses, lorsque j'aime. En revanche, je suis une personne méfiante, je fais rarement confiance aux autres, il vous faudra beaucoup de temps pour que je daigne vous faire une place dans mon coeur. Ceci dit, je suis une jeune femme énergique et souriante, avenante aussi, vous aurez rarement l'occasion de me voir pleurer sur mon sors ou même me plaindre. Je suis une colérique, je vis dans la rue depuis maintenant un peu plus de deux ans et j'ai appris à me défendre. Cependant, cela déclenche en moi des réactions complètement ridicules, je peux facilement mettre un coup de poing dans la vitre d'une voiture dans la rue, simplement parce que je suis en colère.

Mon physique et bien je suis grande, je mesure un mètre soixante-dix, je suis très, très mince, en fait je suis l'exemple type de la russe chaude. J'ai une poitrine très généreuse, mais pas trop non plus. Des courbes, certes fines, mais quand même là et mes jambes, c'est certainement mon meilleur atout ! J'ai de longues et grandes jambes ! Je suis plutôt pâle et mes yeux sont d'un bleu électrique. Lorsqu'on me croise, on ne peut pas croire que je suis à la rue et que je suis une voleuse ! Loin de là, de plus je m'arrange pour créer mes propres tenues lorsque je suis à l'hôtel. J'ai un perçing à la langue que je change assez souvent en fonction de ma tenue, c'est l'outil idéal pour séduire un mec ! Mes cheveux ondules naturellement et ils sont plutôt longs, c'est d'ailleurs pour ça que la plupart du temps, je les attache et je laisse seulement quelques mèches retomber sur mes épaules. J'ai aussi un tatouage sur le poignet c'est un tatouage qui fait le tour de mon poignet, comme une sorte de bracelet, mais en réalité ce n'est qu'une simple phrase en latin « Provehito in Altum ». Niveau vestimentaire ou maquillage, j'abuse rarement du maquillage, j'aime être naturelle ! Un simple petit coup de crayons noir sous mes yeux et un peu de brillant à lèvres me suffisent largement ! Quant à mon style, il est assez sobre, tantôt en jean, t-shirt et basket et le soir, petite jupe, escarpin et petit débardeur. J'aime la mode, mais la mode simple, pas trop voyant, déjà qu'on me remarque à plus de dix kilomètres à la ronde.
.
« Ton petit secret et ta particularité»

Je suis une jeune femme mystérieuse, je parle rarement de ma vie, mais mon plus gros secret est que ma famille adoptive, en particulier mon père adoptif, sont des gens très hauts placés. Mon père adoptif est un diplomate Russe qui siège à une place démocratique assez haute, je suis donc riche, très riche, enfin plus ma famille que moi. Cependant, ce n'est pas mon seul secret, en réalité, ma fugue est passée dans les journaux dans le monde entier, j'utilise souvent un faux nom et une fausse carte d'identité ici. Ma famille offre donc une petite fortune à celui ou celle qui me rapatriera en Russie. Bien que l'affaire est aujourd'hui un peu plus tassée, les autorités russes sont toujours à ma recherche. Un autre secret, c'est certainement la raison pour laquelle je ne veux pas rentrer à Moscou, en réalité, je suis peut-être une allumeuse, mais...je n'ai fait l'amour qu'avec un seul homme et cette fois, ainsi que plusieurs autres, étaient de forces. Oui, mon père adoptif m'a violé à plusieurs reprises, si ses gestes n'étaient pas très important lorsque mon frère était toujours à la maison, lorsqu'il est partie de la maison, mon père a sauté sur l'occasion. Cependant, je ne parle jamais de cela. Un secret ne serait plus un secret sinon n'est-ce pas ?


>
Raconte nous une histoire....



La Russie est un pays bien froid, tout autant que l'orphelinat où j'ai passé mes premières années. Selon les dire de la doyenne, elle nous aurait trouvées, moi et ma soeur jumelle, devant les portes de l'orphelinat, un soir d'hiver. Nous étions deux et pendant quatre ans, moi et ma soeur nous avons grandi dans la misère de l'orphelinat. Nous avions des vêtements trop petits, trop larges ou trop grands. Nos cheveux blonds, étaient sales, nos yeux étaient bien souvent gonflés tellement nous pleurions la nuit. Cependant, contrairement à ma soeur qui était venue au monde, quelques minutes après moi, du pain et de l'eau me suffisaient largement. Je souriais tout le temps et j'étais de bonne humeur, pour elle. Encore, aujourd'hui, mes souvenirs sont bien flous, je ne me souviendrais pas de son visage, si elle n'avait pas été mon double. La vie dans cet orphelinat, me convenait plutôt bien au fond, les femmes qui travaillaient dans cet endroit, faisaient office de mamans par procuration. Les jours passés calmement et je rêvais souvent du jour où nous aurions une famille. Ce rêve que je chérissais tant est vite devenu réalité, mais il a pris une tout autre tournure. C'était le printemps de mes quatre ans, je me trouvais devant la porte du bureau de la doyenne. Ma soeur s'agrippait à ma petite robe blanche, gardant sa tête cachée dans le bout tissu. Mon oreille était collée à la porte, je voulais savoir ce que disaient ces gens, cependant, leur langue m'était bien inconnue. Je me tournais légèrement, posant la paume de ma main sur le visage de ma soeur avant de sourire lorsque les deux inconnus qui étaient vêtus de façon très élégante s'approchèrent de nous. Instinctivement je me reculais, gardant ma soeur derrière moi en fronçant les sourcils. « Vitalie...ces gens sont venus pour ta soeur, elle va avoir une famille. » Je posais mon regard sur la doyenne, une vieille femme que le soucie avait rendue bien triste. Vêtu tout aussi tristement que son visage ridés, elle posa ses mains sur mes épaules avant de me prendre dans ses bras. Je regardais ma soeur qui semblait perdue, essayant d'échapper au regard des deux étrangers. Lorsque l'homme, imposant, prit ma soeur dans ses bras et qu'il s'éloigna de moi, sans même me regarder. Je laissais des larmes couler sur mes joues. Je voulais une famille, oui, mais une famille avec ma soeur, mon double. Je voyais très bien le visage meurtris et le bras que ma soeur me tendait dans le vide. Laissant mes larmes couler, je me débattais comme une lionne. « -Lâchez-moi !!! Je veux pas qu'elle parte !!! Lâchez-moi vieille bique !!! » Hurlais-je tandis que mes poings s'abattaient sur les épaules de la doyenne. C'est ainsi que mon double, me quitta sans le moindre mot, seulement des larmes et ce trou béant dans ma poitrine.



Six ans, ce fut à l'âge de six ans que je fus adopté par une famille très riche. Même si mon sourire était bien plus souvent meurtris depuis le départ de ma soeur, j'étais heureuse d'avoir un toit sur ma tête. Mon père adoptif, démocrate russe, vivait avec sa seconde épouse et son fils, qui était le fruit de son premier mariage, dans une somptueuse demeure en pleins Moscou. Cette grande et vaste maison, me paraissait tellement oppressante, j'avais beaucoup de mal à me faire à cette atmosphère si sérieuse et si strict. Mon courage, je le prenais dans le regard de mon grand-frère, plus âgé que moi, il était devenu mon épaule. Très vite, je comprenais que c'était bien le seul sur qui je pouvais compter. Ma mère, était une femme douce, mais tellement superficiel, elle voulait que je sois sa poupée plus que sa fille, quant à mon père, il était rarement là. Je n'avais pas le droit de sortir ou de jouer avec les autres enfants. J'avais l'impression d'être une sorte de princesse enfermée dans une cage de marbre. Mon seul lien avec la réalité, c'était celui que j'avais avec mon frère, je le regardais souvent tenir tête à notre père, parfois les coups partaient et lorsque j'allais le voir, il faisait le fier en prenant dans le creux de ses bras. Il aimait beaucoup les étoiles, moi aussi, souvent la nuit, nous allions dans le jardin, regarder les étoiles. Allongés dans l'herbe froide, on se tenait la main en regardant le ciel étoilé. « -Dis...tu connais Alphard grand-frère ? » Demandais-je doucement d'une voix douce et cristalline, tandis que mes yeux azures le fixaient comme-s'il était ma seule et unique raison de vivre. « -Non, Vitalie, c'est quoi ? » Je me redressais, m'appuyant sur mes coudes en gonflant mes joues avant de pointer du doigt le ciel. « Alphard est l'étoile la plus brillante de la constellation de l'Hydre. Le nom "Alphard" vient de l'arabe « la solitaire », puisqu'il n'y a aucune autre étoile brillante près d'elle. Elle est aussi connue comme la « colonne vertébrale du Serpent » par les Arabes. » Je sentais les bras de mon frère s'entourer autour de mon corps frêle et fragile. Il posa ses lèvres sur le haut de ma tête, soufflant légèrement sur mon visage avant de rire doucement. « Vitalie, promet moi de trouver ton Alphard et surtout, ne baisse jamais les bras...promis ? » Je levais légèrement mon regard vers lui, essayant de comprendre où il voulait en venir. Sans vraiment comprendre la raison, je me sentais tellement triste, comme-ci mon coeur venait de partir en mille morceaux. Sa phrase ou plutôt, sa requête avait des intonations d'adieux et je n'aimais pas ça. Cependant, je me forçais à sourire en hochant la tête positivement, profitant des bras de mon frère.

Je ne sais pas pourquoi, mais cette phrase était devenue pour moi, le début de la fin. J'avais l'intime conviction que je finirais par être seule, à un moment ou un autre. Pourtant, même si notre famille était loin d'être parfaite et si l'ambiance était lourde, elle m'était facilement supportable grâce à mon frère. L'école, je n'aimais pas cela, les autres me regardaient comme-ci je venais de la planète Mars, il faut dire que je ne parlais pratiquement à personne, sauf à mon grand-frère lorsque je le voyais. Je n'étais pas bavarde, enfin si, mais quelque chose me bloquait avec eux, je sentais qu'ils étaient mauvais, j'entendais ce qu'ils disaient lorsque je n'étais pas là. Ils disaient souvent que je ressemblais à une sorcière, assise à ma table de cantine je sursautais lorsqu'une boite en acier vint se claquer sur ma table. Je regardais autour de moi, craintive, pour y voir trois garçons de ma classe. « -heu Vitalie, il paraît que tu adores les animaux ?! En plus tu leur parles ! T'es une sorcière ? » Disait-il à mon oreille en appuyant sur mon épaule, je grimaçais légèrement en essayant de me débattre, mais trois garçons contre une fille ce n'était pas chose facile. « -Arrête tu me fais mal ! » Yeux mis clos, me mordant la lèvre inférieure et serrant les poings. « -hey ! Tu sais ce qu'elles mangent les sorcières ? Regarde ! » Sa main posée contre ma nuque, je déglutissais rapidement lorsque mon regard se posa sur le lézard qui se trouvait à l'intérieur de la boite. Il n'allait pas me forcer à manger ça n'est-ce pas ? Il fit pression un peu plus sur ma nuque, l'un d'eux attrapa le lézard dans le creux de sa main, le portant jusqu'à mes lèvres serrées. Voyant que je ne voulais pas ouvrir la bouche l'un des trois me gifla et me força à le faire pendant que l'autre m'enfonça la bête dans la bouche avant de fermer, de force, ma mâchoire sur la pauvre petite bête. Je sanglotais et lorsqu'ils en eurent assez, ils sont parties en courant, je me levais précipitamment, main devant ma bouche, courant jusqu'aux toilettes pour filles, je m'agenouillais devant l'une des cuvettes et je vomissais tout en pleurant à chaud de larmes. Pour dire vraie, ce n'était pas la première fois que quelque chose du genre m'arrivait, la dernière fois, ils avaient réussi à trouver une boite d'allumette et dans leur esprit tordu ils ont pensés que je pouvais allumer une allumette grâce à mon regard. Chose qui était fausse et au final pour se venger de moi, ils m'ont brûlé le bras en disant aux autres que je m'étais brûlé toute seule. Combien de temps avais-je passé assise dans ces foutu toilettes ? Je ne le savais pas, j'étais sûr d'une chose, c'était que j'avais utilisé mon quota de larmes pour le moment puisque je n'arrivais plus à pleurer. Le grincement de la porte me fis sortir de mon état de léthargie. Relevant légèrement ma tête, je voyais une silhouette que je ne connaissais que trop bien. Celle de mon frère, il s'approcha lentement de moi et il me serra contre lui, comme-ci j'étais une petite chose fragile, au fond je l'étais sûrement à l'époque. « -Je suis là, crois moi je vais leur faire payer » Il me souleva doucement, me portant contre lui avec facilité, je posais ma tête contre son torse et ferma mes yeux, essayant d'oublier à qu'elle point j'étais faible sans mon frère.





Il neigeait, le jour où mon frère se trouver devant la porte de notre maison, il me tournait le dos, serrant les poings. Quelques jours plus tôt, une dispute avait éclatée entre lui et mon père, mon frère avait une tête aussi solide que du métal. Quant à mon père, c'était un homme froid, presque imperturbable et comme à son habitude, mon frère avait reçu une correction pour avoir osé lui parler avec arrogance. Je m'approchais, entourant mes bras autour de sa taille, laissant mes larmes couler petits à petits. « -S'il te plaît, grand-frère ne me laisse pas toute seule, j'ai besoin de toi ! Grand-frère... » Murmurais-je entre deux sanglots. J'avais besoin de lui, j' étais faible sans lui et j'avais peur de mon père. Il posa ses mains sur les miennes, m'obligeant à me détacher, posant ses lèvres sur mon front. « -Pardonne moi...je pars avant toi petite soeur. » J'aurais tellement aimé avoir eu la force de lui hurler que je l'aimais, mais mes sanglots et ma voix m'en empêchèrent. Je me retrouvais seule, dans la neige, je me sentais idiote, ridicule et véritablement seule. Comme je l'imaginais, ma vie n'a fait qu'empirer de jour en jour. Je soupçonnais souvent mon père de me regarder sous la douche et un soir lorsque son corps se posa contre le mien et qu'il se mit à entrer en moi d'une façon tellement brutale que mes larmes ne voulaient pas arrêter de couler. Sa main sur ma bouche qui m'empêchait de hurler, j'avais même fini par ne plus résister, le laissant me prendre comme une vulgaire poupée. Une fois qu'il en avait eu marre de moi, soit plus de quatre heures plus tard, il m'ordonna de ne rien dire. J'avais seize ans, j'étais morte de peur et chaque fois que j'essayais de fuguer, il réussissait à me retrouver. J'étais sale, idiote et mon frère me manquait tellement. S'il n'était pas parti, je n'aurais jamais eu à subir ce genre de choses. Malheureusement il n'était plus là et je devais être forte. Ce fut donc le déclenchement, je pris soin de me faire, faire des faux papiers, grâce à un ami proche de mon frère qui était en contact avec lui. Il m'indiqua les états unis, c'est ainsi que je me retrouvais, sur le sol américain, avec les forces de polices russes à mes trousses. C'est ainsi que je me suis retrouvée à voler les gens dans les bars ou la rue et c'est après plusieurs années de voyage, que je me suis attachés à cette ville.
.

Qui se cache derrière l'écran....

Je m'appelle Lydie mais on me connait sous le pseudo Yaya . J'ai 20 ans et toutes mes dents. J'ai connu le forum sur/par ta gueule et je le trouve plutôt parfait. J'ai ou Je n'ai pas de double compte si oui j'ai Nom du double compte . En lisant le règlement, j'ai vu qu'il y avait un code et le code que j'ai trouvé est mouahahahaha, je fais du rp depuis 6 ans et j'aime ça. J'ai envie de vous dire j'aime le fonda oui, oui Ah oui j'allais oublier, voilà un modèle de rp simplement pour vous faire voir ce que je sais faire mais attention il est caché.
Spoiler:
 




...¤¸¸.·´¯`·.¸·.>>--»«---<<·.¸¸.·´¯`·.¸¸.¤...

KAYLAN & VITALIE

Je rêve son visage je décline son corps. Et puis je l'imagine habitant mon décor. J'aurais tant à lui dire si j'avais su parler . Comment lui faire lire au fond de mes pensées? Mais comment font ces autres à qui tout réussit? Qu'on me dise mes fautes mes chimères aussi Moi j'offrirais mon âme, mon cœur et tout mon temps, Mais j'ai beau tout donner, tout n'est pas suffisant Céline Dion S'il Suffisait D'aimer


Dernière édition par Vitalie A. Orlove le Mer 26 Oct - 18:10, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▌Pretty Face :
▌Message : 192

My Destiny
▌Mes amis & Moi:
▌Ne pas oublier:
MessageSujet: Re: ♕ VITALIE A. Orlove. Je te vole, je te nique et je me casse, sinon je m'aime. Mar 25 Oct - 13:19

Chewiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ♥

...¤¸¸.·´¯`·.¸·.>>--»«---<<·.¸¸.·´¯`·.¸¸.¤...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▌Pretty Face : cofonda
▌Message : 229

My Destiny
▌Mes amis & Moi:
▌Ne pas oublier:
MessageSujet: Re: ♕ VITALIE A. Orlove. Je te vole, je te nique et je me casse, sinon je m'aime. Mar 25 Oct - 13:28

Oui c'est moi *O* !!! La seule et unique /OUT/

...¤¸¸.·´¯`·.¸·.>>--»«---<<·.¸¸.·´¯`·.¸¸.¤...

KAYLAN & VITALIE

Je rêve son visage je décline son corps. Et puis je l'imagine habitant mon décor. J'aurais tant à lui dire si j'avais su parler . Comment lui faire lire au fond de mes pensées? Mais comment font ces autres à qui tout réussit? Qu'on me dise mes fautes mes chimères aussi Moi j'offrirais mon âme, mon cœur et tout mon temps, Mais j'ai beau tout donner, tout n'est pas suffisant Céline Dion S'il Suffisait D'aimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Contenu sponsorisé»
MessageSujet: Re: ♕ VITALIE A. Orlove. Je te vole, je te nique et je me casse, sinon je m'aime.

Revenir en haut Aller en bas

♕ VITALIE A. Orlove. Je te vole, je te nique et je me casse, sinon je m'aime.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil Inside ::  :: の Registre :: Validés-